Grèce: premiers chiffres de la dévastation économique

Par

Cinq semaines après l’instauration du contrôle des capitaux, de la fermeture des banques et des marchés, les dommages portés à l’économie grecque paraissent immenses. La reconstruction du système bancaire grec, totalement effondré, se retrouve au cœur des différends européens.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

C’est une économie grecque dévastée qui semble émerger cinq semaines après l’instauration du contrôle des capitaux, de la fermeture des banques et des marchés. Fermée depuis le 29 juin, la Bourse d’Athènes a rouvert lundi 3 août, donnant une première mesure des dommages causés par ces restrictions. Dans les premières échanges, le marché, bien que strictement encadré – les ventes à découvert avaient notamment été interdites – affichait une chute de 22,8 %, avant de se reprendre pour terminer la séance sur une baisse de 16,23 %.

Les chiffres ont les allures d’un krach boursier. « La situation sur le marché boursier grec est appelée à empirer avant de s’améliorer. Il y a encore beaucoup de questions critiques qui doivent être résolues », prédit Luca Paolini, chef stratégiste de Pictet à Londres, cité par l’agence Bloomberg. Parmi les questions critiques, figure celle des banques, très fortement touchées par la fermeture des guichets et le contrôle des capitaux décidés le 29 juin. Dès les premiers échanges, les cinq principales banques grecques – National Bank of Greece, Attica Bank, Piraeus Bank, Eurobank, Alpha Bank – s’effondraient et touchaient la limite à la baisse de 30 % fixée par les autorités boursières.

indice à la bourse d'Athènes le 3 août à l'ouverture © Reuters indice à la bourse d'Athènes le 3 août à l'ouverture © Reuters

L’inquiétude sur la solidité du secteur bancaire s’est renforcée avec la publication au même moment de l’indice Markit sur les prévisions des directeurs d’achat. Un indice très suivi par les milieux financiers, qui donne une représentation du climat des affaires. Pour la Grèce, cet indice fait état d’une chute sans précédent. En un mois, il est tombé de 46,9 à 30,2  – le point d’équilibre de cet indice s’établit à 50 – dans l’industrie manufacturière grecque.

 © markit © markit
« Des contractions record ont été enregistrées dans tous les domaines, que ce soit dans la production, les carnets de commandes, l’emploi et les stocks », commente Phil Smith, économiste de Markit, impressionné par les chiffres. « La production manufacturière s’est effondrée en juillet alors que la crise de la dette s’est amplifiée. Les entreprises ont fait face à une chute spectaculaire des commandes et étaient souvent dans l’incapacité de se procurer des produits dont ils avaient besoin, en particulier à l’étranger, la fermeture des banques et les restrictions sur les capitaux nuisant gravement à leur activité. La demande a été gravement frappée en raison des incertitudes sur l’avenir de la Grèce, amenant à la fois une chute des commandes et des exportations. Il faudra beaucoup de temps pour tout ceci se redresse », poursuit-il. Avant de conclure : « Bien que l’industrie manufacturière représente une très faible part de la production grecque, l’ampleur de la chute envoie un signal inquiétant sur la santé de l’économie dans son ensemble. »

Ce n’est que la première traduction chiffrée du contrôle des capitaux et de la fermeture des banques imposés le 29 juin après la décision de la BCE de ne plus assurer la liquidité des banques (lire : La BCE enclenche le plan B). Même si les banques ont rouvert depuis quinze jours, les retraits sont limités à 60 euros par jour et à 420 euros par semaine et le contrôle des capitaux est maintenu. Pour longtemps, selon de nombreux observateurs. Compte tenu de ces mesures restrictives, la récession est inévitable, d’après de nombreux économistes. Ils tablent sur une chute d’au moins 2 %  du PIB cette année, après une baisse de 25 % depuis 2008. Mais leurs prévisions ne prennent pas en compte les effets récessifs du troisième plan de sauvetage européen, estimés au moins à une chute de 4 à 5 points de PIB supplémentaires, s’il est adopté.

Ce nouvel effondrement de l’économie fragilise un peu plus le système bancaire grec. Les banques, qui ont dû faire face à 40 milliards d’euros de retrait depuis décembre 2014, dépendent entièrement de la Banque centrale européenne pour assurer la liquidité du système. Les fonds d’urgence de liquidité (ELA) accordés par la BCE s’élèvent désormais à 92 milliards d’euros. Mais leur solvabilité est désormais aussi en question. À combien se montent désormais leurs créances douteuses, alors que l’économie s’effondre, que les entreprises ne peuvent plus travailler et honorer leurs échéances, que les ménages n’ont plus de quoi rembourser leur crédit ?

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous