Le Liban plongé dans le noir

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Beyrouth (Liban).-  Cela fait trois semaines que Roula, 50 ans, résidente d’Ashrafieh, un quartier cossu de la capitale du Liban, vit quasiment sans électricité. « Les coupures de courant se faisaient de plus en fréquentes depuis plusieurs mois, mais il y a quelques semaines, la situation s’est clairement détériorée. Je suis restée jusqu’à trois jours consécutifs dans le noir. Ces derniers temps, c’est plutôt une heure et demie de courant quotidien. »