Tibéhirine: l'enquête de Mediapart

Par
Qui a tué les sept frères trappistes de Tibéhirine en 1996? Une équipe de négociateurs officieux a-t-elle fait échouer les négociations? S'agit-il d'une exécution des islamistes ou d'une bavure de l'armée algérienne maquillée? Quand le gouvernement français a-t-il été informé et pourquoi est-il resté silencieux? Les articles et révélations de Mediapart pour s'y retrouver dans une affaire encore brouillée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'affaire des moines de Tibéhirine remonte à 1996, lorsqu'en mars, sept frères trappistes sont enlevés dans leur monastère de Tibéhirine, près de Médéa, à 90 km au sud d'Alger. Pour négocier leur libération, deux filières s'activent: l'une est mise en branle par le ministre de l'intérieur, Charles Pasqua, qui envoie son protégé, Jean-Charles Marchiani, se rapprocher du renseignement militaire algérien, le DRS ; l'autre, diligentée par le premier ministre de l'époque, Alain Juppé, qui s'appuie sur la DGSE, les services secrets extérieurs français.