Au Bahreïn, la révolution assassinée

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les jours se suivent et se ressemblent au Bahreïn où, depuis plus de cinq ans, des habitants continuent de descendre régulièrement dans les rues pour réclamer réformes politiques et amélioration de leurs conditions sociales. Depuis le début de ces manifestations déclenchées dans le contexte du printemps arabe, en février 2011, les manifestants n’ont pas obtenu la moindre avancée. En menant une politique répressive implacable, la monarchie est en réalité parvenue à réduire l’opposition à néant.