Houston paye un siècle de déni des forces de la nature

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

New York (États-Unis), de notre correspondant.-  L’Amérique avait perdu un bout de cœur avec Katrina, mais Harvey pourrait aussi l’atteindre au portefeuille. Si le terrible ouragan de 2005 a ravagé la vieille Nouvelle-Orléans, causé la mort de 1 245 résidents de la région et révélé l’inanité des infrastructures et des secours pour les sinistrés les plus démunis, la tempête d’août 2017 a englouti Houston, quatrième ville du pays, cinq fois plus peuplée (avec les 6 millions d’habitants de son agglomération élargie) que la vénérable cité de Louisiane, et pôle économique vital pour les États-Unis.