Bolivie: la révolution Evo Morales bute sur la question indigène

Par

La répression policière contre des indiens amazoniens, le 25 septembre, vient souligner les limites d'un pouvoir qui se disait au service des mouvements indigènes pour inventer une autre société. Le président bolivien a perdu un peu de son crédit auprès de la gauche altermondialiste, explique le chercheur Pablo Stefanoni dans un entretien avec Marc Saint-Upéry.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La Bolivie vient d'être profondément secouée par les événements de Yucumo, cette localité amazonienne où la police a violemment réprimé, le 25 septembre, des manifestants indigènes. Ils protestaient contre la construction d'une route traversant leur territoire, le TIPNIS (Territoire indigène parc national Isiboro Sécure).