Un pavillon pour l’«Aquarius»: l’épreuve de vérité pour Macron

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il y a 5 ans, jour pour jour, un chalutier « poubelle » parti de Libye chavirait à proximité de Lampedusa, en Italie. Au fil des repêchages, le nombre de cercueils entassés dans un hangar dépassait la barre des 50, 100, 200, 300, pour s’arrêter à 366. Ce 3 octobre 2013, horrifiée, l’Europe se promettait à elle-même : « Plus jamais. » Dans cet élan de compassion générale, la commissaire aux affaires intérieures de l’UE, Cecilia Malmström, s’engageait à « proposer aux États membres d’organiser une grande opération de sécurité et de sauvetage en Méditerranée ». Elle n’a jamais eu lieu.