Un tiers des Américains ignorent les noms des candidats

Par
A moins de cinq semaines des élections américaines de mi-mandat, un tiers des inscrits ne connaissent pas le nom du candidat du parti pour lequel ils ont l'intention de voter, révèle un sondage Reuters-Ipsos publié mercredi.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

NEW YORK (Reuters) - A moins de cinq semaines des élections américaines de mi-mandat, un tiers des inscrits ne connaissent pas le nom du candidat du parti pour lequel ils ont l'intention de voter, révèle un sondage Reuters-Ipsos publié mercredi.

L'identification des prétendants pourrait toutefois ne pas être d'une importance cruciale, dans la mesure où le scrutin risque fort de tourner au référendum pour ou contre Donald Trump.

"Avec la polarisation actuelle, les électeurs votent davantage pour un parti (comprendre: j'aime ou je n'aime pas Trump) que pour des candidats locaux", confirme le politologue Robert Erikson, de l'université new-yorkaise de Columbia.

Selon Reuters-Ipsos, 34% des électeurs républicains et 32,5% des démocrates reconnaissent donc ignorer le nom des candidats qui seront en lice le 6 novembre.

Les résultats de ce sondage, effectué du 24 au 30 septembre auprès de 2.597 électeurs inscrits, sont comparables à ceux des derniers scrutins, estime Marc Hetherington, professeur de sciences politiques à l'Université de Caroline du Nord.

"Les gens votent moins pour leur camp que contre l'autre. De nos jours, les noms importent peu", dit-il.

Le sexe des candidats pourrait en revanche jouer un rôle plus important que d'ordinaire, estime Michael Cornfield, de l'université George Washington, évoquant le mouvement #MeToo, relancé par l'affaire Brett Kavanaugh, le juge conservateur choisi par Donald Trump pour siéger à la Cour suprême, qui est accusé d'agressions sexuelles.

A l'échelle nationale, 54% des personnes interrogées disent désapprouver l'action de Donald Trump et le Parti démocrate dispose d'une avance de neuf points dans les intention de vote. Il devra conserver ses 193 sièges actuels et en prendre 25 aux républicains pour leur ravir la majorité à la Chambre des représentants.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale