Le DUP confirme qu'il ne votera pas le plan de May sur le Brexit

Par
Le Parti unioniste démocrate (DUP) d'Irlande du Nord qui soutient le gouvernement de Theresa May a confirmé vendredi qu'il ne soutiendrait pas le plan de la Première ministre britannique d'accompagnement du Brexit, mais que les entreprises ne devaient pas s'inquiéter d'une sortie de l'UE sans accord.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

LONDRES (Reuters) - Le Parti unioniste démocrate (DUP) d'Irlande du Nord qui soutient le gouvernement de Theresa May a confirmé vendredi qu'il ne soutiendrait pas le plan de la Première ministre britannique d'accompagnement du Brexit, mais que les entreprises ne devaient pas s'inquiéter d'une sortie de l'UE sans accord.

"En fait, nous sommes plus inquiets de ce qui va venir de l'UE et en particulier du gouvernement irlandais", a déclaré Sammy Wilson, un député du DUP.

Theresa May espère toujours obtenir l'aval du Parlement britannique sur son plan, même si ses propres ministres admettent en privé que, pour ce faire, elle devra y apporter des changements importants et convaincre de nombreux élus de l'opposition travailliste.

Si la Chambre des communes n'approuve pas l'accord, le Royaume-Uni sortira de l'UE le 29 mars à 23h00 GMT sans autre garde-fou.

Le DUP, dont les 10 députés soutiennent le gouvernement minoritaire de Theresa May, veut qu'elle renonce à la clause de sauvegarde dite de "backstop" ou "filet de sécurité" visant à empêcher le retour d'une frontière physique entre la République d'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord après le Brexit.

Le retour d'une frontière physique est présenté comme devant fragiliser les accords de paix dits du Vendredi saint, qui mirent fin, en 1998, à 30 ans de conflit armé entre nationalistes indépendantistes catholiques et protestants unionistes en Irlande du Nord.

L'UE et la Première ministre britannique ont dit tenir à leur filet de sécurité.

Ce backstop est une "arnaque", a déclaré Sammy Wilson qui était interrogé par la BBC. Les agriculteurs et les entrepreneurs doivent être totalement détendus face à la perspective d'un Brexit sans accord, a-t-il assuré.

"Si quelqu'un doit s'inquiéter des droits de douane sur le bœuf et le mouton, ce sont les Irlandais car, bien sûr, le Royaume-Uni est importateur net de produits alimentaires", a déclaré Sammy Wilson.

Prévoyant que son accord ne serait pas avalisé par le Parlement en décembre, Theresa May a reporté le vote, s'engageant à demander "des assurances juridiques et politiques" à l'UE. Le vote devrait désormais avoir lieu dans la semaine du 14 janvier.

L'UE a déclaré qu'elle ne rouvrirait pas la négociation, tout en se disant prête à certaines concessions.

Il faut 318 voix à Theresa May pour faire passer son plan à la Chambre des communes. Or, 117 des 317 députés conservateurs ont voté contre elle lors d'un vote le 12 décembre.

La chef du gouvernement britannique aura donc besoin du soutien d'une partie des 257 députés travaillistes ou de reconquérir une grande partie de ses parlementaires et du DUP.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale