Europe

Les privatisations s'accélèrent en Grèce

Le Taiped, le fonds de valorisation du patrimoine grec créé pour privatiser les biens publics, a tranché : le terrain de l'ancien aéroport d'Athènes, qui comprend en outre une grande partie des installations olympiques de 2004, sera vendu à une société grecque. Depuis quelques mois, le programme des privatisations voulu par la Troïka s'accélère... au risque de définitivement braquer la population.

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

C'est un vaste terrain de 620 hectares dans l'une des métropoles les plus urbanisées d'Europe : grand comme deux fois Central Park, il longe la côte sur trois kilomètres et demi, avec une vue imprenable sur le golfe Saronique et l'île d'Égine, celle que l'on peut rejoindre depuis Le Pirée en à peine 40 minutes... Le long de la ligne de tramway qui dessert ces quartiers huppés du sud de la métropole athénienne, un parc accueille encore les joggeurs du dimanche et quelques terrains utilisés par les clubs sportifs. Mais la plupart des installations olympiques construites pour les JO de 2004 sur ce gigantesque espace sont en déshérence, tel le circuit de canoë-kayak, à quelques encablures de là, à sec depuis bien longtemps. Au milieu des herbes folles, l'on trouve également les pistes de l'ancien aéroport de la capitale grecque, qui fonctionnait avant les Jeux, jusqu'à l'ouverture du nouveau de l'autre côté du mont Hymette... Côté nord, le terrain est bordé par la longue avenue Vouliagmenis qui conduit au cap Sounio : ici passe le métro, depuis que le rallongement de l'une des trois lignes de la métropole est entré en fonction cet hiver. Un quart d'heure de transport, et vous voilà dans le centre de la capitale.

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

France — Enquête
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Outre-mer — Reportage
par Julien Sartre
Asie — Reportage
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Société — Enquête
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel
Littérature — Entretien
Éric Vuillard : « La narration politique, c’est de la mauvaise littérature »
Dans son dernier récit, « Une sortie honorable », l’écrivain aborde la guerre d’Indochine, largement reléguée dans la mémoire nationale, et le cadre politique et financier qui l’a soutenue. Entretien sur la politique, l’histoire et la littérature.
par Joseph Confavreux, Ellen Salvi et Lise Wajeman
Santé
Didier Raoult : deux ans d’enquête sur une imposture
Depuis l’arrivée du Covid-19 en France, Didier Raoult est devenu une figure nationale. D’abord en faisant la promotion d’un traitement inefficace contre la maladie, l’hydroxychloroquine, puis en niant la possibilité d’une seconde vague ou en remettant en cause l’efficacité de la vaccination. Mediapart revient en vidéo sur deux ans d’enquête sur le directeur de l’IHU.
par Youmni Kezzouf, Mathieu Magnaudeix et Pascale Pascariello
Blanquer, l’école à la renverse
Profs, élus, ils bricolent pour faire tenir l’école en temps de pandémie
Parmi les ressorts de la colère contre le ministre de l’éducation nationale, l’impression de devoir composer depuis des mois avec des bouts de ficelle arrive en bonne place. Pour pallier les manques et retards de l’État, enseignants et élus locaux se mobilisent comme ils peuvent.
par Mathilde Goanec

Nos émissions