Le débat: L’Europe est-elle allergique aux référendums?

Par

L’Union retient son souffle d’ici au référendum britannique sur l’UE, fin juin. Dès le 6 avril, aux Pays-Bas, un autre référendum est organisé sur un accord de libre-échange avec l’Ukraine. Pourquoi ces consultations mettent-elles l’Europe si mal à l’aise, moins d’un an après le référendum grec ? Débat entre les universitaires Marine de Lassalle et Antoine Vauchez.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.


On se souvient de la réaction panique des dirigeants européens à l’annonce de la tenue d’un référendum grec en juillet 2015. Cette fois, l’Union européenne (UE) retient son souffle d’ici au référendum sur l’appartenance de la Grande-Bretagne à l’Union, prévu pour le 23 juin. D’ici là, le 6 avril prochain, un autre référendum national est organisé aux Pays-Bas sur une question européenne d’apparence assez technique : un accord de libre-échange négocié par les 28 avec l’Ukraine.