Torture: le rapport qui fait trembler la CIA

Par

Depuis des semaines, la CIA bataille pour empêcher la publication d'un rapport de 6 000 pages du Sénat sur le recours à la torture à grande échelle durant les années Bush. Les conclusions s’annoncent accablantes : les méthodes d’interrogatoire ont été encore plus brutales que soupçonné et largement inefficaces. De quoi relancer le débat sur les errements de la « guerre contre le terrorisme ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

New York, correspondance.   Le rapport fait près de 6 300 pages. S’il était rendu public, il constituerait certainement l’argumentaire le plus complet et le plus accablant contre les méthodes d’emprisonnement et d’interrogatoire de la CIA, dans les prisons secrètes mises en place sous l’administration Bush après les attentats du 11 septembre 2001. Certaines de ses conclusions ont déjà fuité : les méthodes dites « d’interrogatoires renforcés », assimilées à de la torture, ont été plus systématiques et plus violentes que cela n'avait été précédemment exposé ; elles se sont avérées inutiles pour collecter des renseignements, notamment lors de la traque d’Oussama Ben Laden ; et la CIA a menti pour en justifier l’usage.