Dans sa course à la croissance, le Brésil est en train de sacrifier l’Amazonie

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Copacabana, Ipanema, Flamengo, Botafogo, mais aussi le centre, la zone nord, les montagnes de la Tijuca : en un mois, c'est l'équivalent de toute la ville de Rio de Janeiro qui a été décimé en Amazonie ! Plus de 1100 kilomètres carrés d'arbres tombés en avril, selon les chiffres publiés ce 2 juin par l'Inpe, l'Institut d'études spatiales brésilien, qui tient braqués ses satellites sur la jungle.