En Tunisie, un «jeudi noir» révèle la crise institutionnelle

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tunis (Tunisie), de notre correspondante.– Il aura fallu une photo pour que les théories les plus folles s’atténuent. On y voit le président de la République, 92 ans, vêtu de noir, souriant et entouré de son personnel médical. Il serait sorti de l’hôpital lundi 1er juillet au soir, mettant fin aux rumeurs sur sa mort qui couraient depuis son hospitalisation, le 27 juin. « Il y a eu un énorme cafouillage, certains ministres, des personnes haut placées, des journalistes pensaient vraiment qu’il était mort », confie un journaliste tunisien qui a suivi les faits heure par heure. Le trouble était d’autant plus fort que la capitale, Tunis, a été ciblée par deux attentats au même moment.