Pérou: le procès qui vise les défenseurs de l’Amazonie

Par

Le 5 juin 2009, l’évacuation par la police péruvienne d’un grand axe amazonien, bloqué par les communautés indiennes, a fait 34 morts dont 24 policiers. Au procès qui s’est ouvert à Bagua, les autorités espèrent la condamnation des seuls responsables du mouvement pour la défense du territoire amazonien. Des peines de perpétuité ont été requises.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans ce virage qu’on appelle la Curva del diablo, des policiers et des manifestants se sont entretués, le 5 juin 2009, près de Bagua au Pérou. Après avoir tiré sur la foule, des policiers ont été abattus avec leurs propres armes de service perdues dans des corps à corps avec les manifestants. Cinq ans plus tard, les noms de tous les morts figurent sur de petites croix plantées au-dessus de la route. Côte à côte. Victimes d’une même décision gouvernementale, celle de l’évacuation de la Marginal de la Selva, route qui traverse l’Amérique latine du nord au sud, alors bloquée par les indigènes. À quelques centaines de mètres de la Curva, un petit monument anonyme a été édifié en « l'honneur » des « Péruviens décédés le 5 juin 2009 ». Sur une première colonne sont inscrits les noms des policiers ; à côté, ceux des manifestants.