Maroc: la campagne législative se polarise sur l’État profond

Le chef du gouvernement sortant, Abdelilah Benkirane, leader du Parti justice et développement (PJD, islamiste), a mis la question de l'autoritarisme de l'administration au centre du débat électoral – un système contre lequel le PJD tente de s’élever, en se présentant comme un parti anti-système. Le scrutin se déroule vendredi 7 octobre.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Rabat (Maroc), de notre correspondante.- Tahakoum : la domination de l’État profond ou l’autoritarisme – il n'en existe pas de traduction parfaite. Ce mot, remis au centre du débat politique par le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane, a dominé l’actualité à l’approche des élections législatives prévues le 7 octobre. Depuis quelques semaines, le secrétaire général du Parti justice et développement (PJD, islamiste), à la tête du gouvernement pendant cinq ans, qui tente de se présenter comme un parti anti-système, en use et abuse. Quelques jours avant le début de la campagne, lors du grand oral de Sciences-Po, il assurait qu’il n’arrêterait de parler du tahakoum que lorsque celui-ci n’existerait plus (lire sur Tel quel ou le Desk).

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal