Budget: la note de Bruxelles qui met en garde Paris

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lors de la présentation du projet de loi de finances (PLF) 2018, le ministre de l’économie et des finances, Bruno Le Maire, avait reconnu qu’il devrait « négocier » avec la Commission européenne pour faire valider la trajectoire budgétaire française. Certes, le déficit public français doit passer sous la barre des 3 % du PIB cette année (à 2,9 %) et l’an prochain (à 2,6 %), mais la réduction du déficit structurel était sujette à caution. Le PLF prévoit ainsi une réduction de 0,1 point de PIB de ce déficit calculé sur la croissance potentielle et censé être indépendant de l’effet de la croissance. Un mouvement qui pouvait sembler peu convaincant aux yeux de la Commission.