Washington pas intimidé par Pékin en mer de Chine du Sud, dit Pence

Par
Washington ne se laissera pas intimider par les opérations de Pékin en mer de Chine du Sud, va déclarer jeudi le vice-président américain, Mike Pence, après qu'un navire de la marine chinoise a contraint un destroyer de la marine américaine à quitter une zone proche des îles Spratleys.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

WASHINGTON (Reuters) - Washington ne se laissera pas intimider par les opérations de Pékin en mer de Chine du Sud, va déclarer jeudi le vice-président américain, Mike Pence, après qu'un navire de la marine chinoise a contraint un destroyer de la marine américaine à quitter une zone proche des îles Spratleys.

Le ministère chinois de la Défense a fustigé mardi la présence d'un bâtiment américain à proximité des îles Spratleys, que Pékin revendique en mer de Chine du Sud, et déploré une atteinte à sa souveraineté.

Dans un communiqué publié par le ministère chinois des Affaires étrangères, la Chine a prié les Etats-Unis d'en finir avec ses "provocations".

Les Etats-Unis affirment mener des missions visant à défendre la liberté de navigation dans le secteur face à la volonté de la Chine de contrôler la zone des îles Spratleys, un archipel composé d'îlots et de récifs se situant dans une zone maritime faisant l'objet de revendications territoriales concurrentes.

Mike Pence fera référence à cet incident lors d'un discours qu'il prononcera jeudi à 15h00 GMT devant un groupe de réflexion de Washington, selon des extraits du texte que Reuters a pu consulter.

"En dépit de ce harcèlement inconsidéré, la marine américaine continuera à naviguer et opérer là où le droit international le permet et où nos intérêts nationaux l'exigent", dira-t-il.

"Nous ne serons pas intimidés. Nous ne nous retirerons pas", ajoutera-t-il, d'après les extraits de son discours.

Les déclarations de Mike Pence pourraient accentuer davantage les tensions entre Washington et Pékin, engagés par ailleurs dans un conflit commercial.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale