A Ostie, sous les élections et la plage, la mafia et les néofascistes

Par Cecilia Ferrara et Gabriele Cruciata (Investigative Reporting Project Italy - IRPI)

Les habitants d’Ostie, « la plage des Romains », votent dimanche pour des élections municipales, après deux ans de mise sous tutelle pour « infiltration mafieuse ». Mais les clans restent omniprésents dans la ville et font même alliance électorale avec les néofascistes de CasaPound.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ostie, de nos envoyés spéciaux.-  « À Ostie, ça marche comme ça : s’il y a deux bars dans une rue, l’un travaille beaucoup parce que le tenancier est bon et honnête, l'autre est à un clan. Et si le bar réglo fait trop d’argent, alors on le menace pour “qu’il travaille moins”, et peut-être que le bar commencera à fermer quelques jours par semaine, avant de fermer pour de bon. Ou alors, il doit payer la “protection”, d’abord 500 euros par mois, puis 1 000, et peu à peu votre entreprise devient celle du clan et vous un employé, avec le risque d’aller en prison parce que vous êtes un homme de paille. » Celui qui parle s'appelle Diego Gianella. Il est l’un des candidats d’une liste anti-mafia à l’élection municipale d’Ostie, organisée dimanche 5 novembre.