Les propos de Royal à Cuba déclenchent un tollé

Par

« On sait qu'ici, quand on demande des listes de prisonniers politiques, on n'en a pas », a déclaré samedi soir Ségolène Royal à Santiago de Cuba, où elle représentait la France aux obsèques de Fidel Castro.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les réactions politiques de désapprobation se multiplient au lendemain des propos de Ségolène Royal, numéro trois du gouvernement, sur les violations des droits de l'homme à Cuba, lors de son déplacement à Santiago de Cuba.