Au Royaume-Uni, Johnson accusé de profiter du Covid pour servir proches et donateurs du parti

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le Royaume-Uni est devenu mercredi le premier pays à autoriser un vaccin contre le Covid, qui devrait commencer à être distribué à partir de la semaine prochaine. Avec cette annonce retentissante, le chef du gouvernement Boris Johnson espère sans doute faire oublier sa gestion chaotique de l’épidémie, lui qui a d’abord tardé en mars à reconnaître la gravité de la crise, avant de s’attirer à l’automne les foudres de maires et de députés du nord de l’Angleterre, qui se sont sentis « sacrifiés » par des décisions de l’exécutif londonien.