La peine de mort par pendaison a été requise à l'encontre de l'ancien dictateur égyptien Hosni Moubarak dont le procès s'est poursuivi jeudi 5 janvier au Caire. La même sanction a été requise à l'égard de l'ancien ministre de l'Intérieur, Habib el-Adli, et six responsables des services de sécurité qui comparaissaient aux côtés de l'ancien président.