Raids aériens en Syrie, du chlore utilisé selon les médecins

Par
Des frappes aériennes sur la Ghouta orientale et la région d'Idlib, les deux grands bastions tenus par les rebelles syriens, ont fait au moins 29 morts et provoqué des troubles respiratoires chez au moins neuf personnes après l'utilisation de gaz chimiques, ont annoncé lundi l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) et des organisations médicales.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

BEYROUTH (Reuters) - Des frappes aériennes sur la Ghouta orientale et la région d'Idlib, les deux grands bastions tenus par les rebelles syriens, ont fait au moins 29 morts et provoqué des troubles respiratoires chez au moins neuf personnes après l'utilisation de gaz chimiques, ont annoncé lundi l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) et des organisations médicales.