Au Mali, Niger et Sénégal, le marché de l’identité en plein essor

Par Andrea De Georgio et Giacomo Zandonini
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Les pressions des groupes français

Un document interne, obtenu par Mediapart, détaille le parcours de sélection de l’opérateur privé au Niger. En concurrence, quatre sociétés : Gemalto, dont l’actionnaire majoritaire est la Banque publique d’investissement français, Idemia, propriété de l’État français à 14 %, la société privée allemande Dermalog, et Lithotech, compagnie du géant sud-africain Bidvest, liée à un fonds public de Johannesburg.

Seuls les deux premiers, français, ont survécu au long processus de sélection – 17 jours de travail d’un comité technique, en octobre 2018 –, dont les résultats, pas encore proclamés après des mois, ont déjà provoqué quelques bouleversements : Dermalog, exclue de la sélection finale en raison de son mauvais score (32,5 points sur 100), aurait fait appel. Contactée, la société a refusé de commenter.

Gemalto (déjà fortement sollicité sur le marché biométrique africain, notamment en Algérie, Bénin, Burkina Faso, Comores, Gabon et Guinée-Conakry) a fini par l'emporter, avec 92 points sur 100 face aux 77 de Idemia, d’après l’évaluation technique. Le marché s'élève à 20 milliards de francs CFA (30,5 millions d'euros) sur 16 mois, d'après le président de la CENI Issaka Souna.

Avant l'officialisation du contrat, le groupe français était à l'affût de la moindre mise en cause de ses activités : il a ainsi exigé la publication d'un droit de réponse dans le bi-hebdomadaire nigérien L’Événement. En cause : des informations « de nature à nuire à la bonne réputation du groupe », selon Gemalto. L'entreprise y conteste notamment l'existence d'une plainte pour corruption passive ou active d’agent étranger au Gabon. Plainte qui a pourtant bien été enregistrée à Paris.

Le Sénégal, pionnier des cartes biométriques dans la région

Contrairement au Mali et au Niger, le marché de la biométrie au Sénégal n'est pas dominé par une société française mais par le groupe malaisien Iris Corporation Berhad. Premier pays de la région à avoir, en 2007, engagé le processus de biométrisation prévu par l'accord de la CEDEAO – visant officiellement à faciliter la circulation des personnes dans l'espace régional –, le Sénégal a élu son président, le 24 février dernier, en utilisant des documents électoraux produits par le géant asiatique pour un montant de 50 milliards de francs CFA (environ 76 millions d'euros).

Si, à quelques jours des élections du 24 février, le gouvernement a annoncé un taux de distribution des cartes biométriques de 97 %, la société traîne encore quelques casseroles.

Lors des élections législatives de juillet 2017, de graves dysfonctionnements dans le processus de distribution des cartes ont empêché environ 800 000 personnes de voter. En 2007, le contrat de production de passeports biométriques, attribué déjà à Iris, a été suspendu et jugé, dans un rapport public de la Cour des comptes sénégalaise de 2009, « contraire à l'intérêt général » et « irrégulier » parce que trop coûteux et lent (118 milliards de francs CFA pour 10 millions de documents en vingt ans).

L’expert informaticien et cyberactiviste sénégalais Cheick Fall, cofondateur de la Ligue africaine des web activistes pour la démocratie Africtivistes, parle d’indépendance numérique violée. « Le Sénégal a péché en allant confier le traitement de ces données à une entreprise étrangère. » Selon lui, il y aurait dans le pays toutes les compétences techniques et humaines pour confectionner la carte biométrique directement au Sénégal, « à un dixième du coût ».

Pour lui, pas mal de questions se cachent dans cette petite carte. « Comment cette entreprise va-t-elle traiter nos informations ? Qui gère, qui collabore et qui a des intérêts avec elle ? Quels sont les contrats qui lient l’État avec cette société sur la confection mais aussi sur le traitement et la conservation des donnés sensibles ? » Une interrogation plus profonde sous-tend sa réflexion : « Aujourd’hui, on parle beaucoup des barrières, mais dans une société de plus en plus dématérialisée et fondée sur la citoyenneté digitale, qu’est-ce qu’une frontière ? »

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

Cet article fait partie d’une enquête internationale, « Invisible Borders », soutenue par une subvention du fonds IJ4EU, abondé par la Commission européenne.

Il est le troisième et dernier d’une série d’articles publiés par Mediapart.