En Espagne, la nouvelle jeunesse de la Seconde République

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour la première fois pour un président français, Emmanuel Macron a déposé le 15 mars, accompagné de son homologue espagnol Pedro Sánchez, une gerbe sur la tombe de Manuel Azaña, enterré au cimetière de Montauban (Tarn-et-Garonne). La séquence s’inscrit dans les commémorations, côté espagnol, des 80 ans de la mort, en novembre 1940, de celui qui fut la grande figure de la Seconde République (1931-1939), exilé en France à la toute fin de sa vie.