A Khartoum, une pluie de balles et des médecins démunis

Par
Dans le chaos qui a suivi l'assaut des forces de sécurité soudanaises contre le campement des manifestants qui réclamaient davantage de démocratie à Khartoum, un étudiant en médecine a vu un homme grimacer de douleur pendant qu'un médecin lui recousait l'oreille sans anesthésie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

KHARTOUM (Reuters) - Dans le chaos qui a suivi l'assaut des forces de sécurité soudanaises contre le campement des manifestants qui réclamaient davantage de démocratie à Khartoum, un étudiant en médecine a vu un homme grimacer de douleur pendant qu'un médecin lui recousait l'oreille sans anesthésie.