Maghreb

«Dé-jeûner» pendant le ramadan est encore réprimé au Maroc

Le pays interdit à tout « musulman notoire » de rompre le jeûne en public pendant le ramadan, et les arrestations et condamnations se sont multipliées. Pourtant, le débat s’est fait cette année plus vif, et des voix s'élèvent pour demander l'abrogation de l'article 222 du Code pénal.

Ilhem Rachidi

5 juillet 2016 à 12h47

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

Rabat (Maroc), de notre correspondante.-  En 2009, une poignée de jeunes activistes s’opposaient à un tabou ancré dans la société marocaine. Ils se sont donné rendez-vous sur Facebook pour un pique-nique symbolique à Mohammedia, pour revendiquer le droit de « dé-jeûner » pendant le ramadan. Cette initiative, unique à l’époque, avait suscité une vive polémique mais aussi une réaction policière disproportionnée. Depuis, le Mouvement alternatif pour les libertés individuelles (Mali), constitué alors, milite inlassablement pour dépénaliser la rupture du jeûne en public.
Mais sept ans plus tard, rien n’a changé. Au contraire, les arrestations – et les condamnations – se sont multipliées en ce mois de ramadan. Car au Maroc, « tout individu notoirement connu pour son appartenance à l’islam » et qui rompt le jeûne en public durant le mois sacré risque, selon l’article 222 du code pénal, jusqu'à six mois de prison et une amende.
« Il s'agit d'une loi moyenâgeuse, liberticide et discriminatoire. L'application de la loi à des personnes “notoirement connues pour leur appartenance à la religion musulmane” semble refuser aux personnes que l'État considère comme musulmanes le droit de se déclarer comme non musulmanes ou comme musulmanes choisissant de ne pas observer le jeûne », regrette Ismael, militant du Mali.
À Zagora, deux hommes ont écopé de deux mois de prison avec sursis pour avoir bu de l’eau, sous une chaleur intense. Deux personnes ont aussi été arrêtées à Essaouira pour avoir mangé en public. Souvent, ces arrestations résultent de dénonciations. À Rabat, un homme a été arrêté sur son lieu de travail après l’appel d’un de ses supérieurs à la police : il avait fumé une cigarette sur une terrasse. Parfois, des personnes qui observent le jeûne se permettent de faire la loi et ont recours à la violence. À Marrakech, un homme a été roué de coups pour avoir fumé une cigarette dans une salle de jeux. Fin juin, un médecin du CHU Avicennes, à Rabat, s’insurgeait contre le passage à tabac d’un homme diabétique qui avait bu de l’eau, lequel avait dû être traité aux urgences, dans une vidéo visionnée par plus de 100 000 personnes.

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

France — teaser.category.dossier
par La rédaction de Mediapart
France — Article
par à l’air libre
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Gauche(s) — Analyse
Programme présidentiel de Mélenchon : ce qui change, ce qui demeure
Réactualisé à l’aune du quinquennat écoulé, « L’Avenir en commun » est débarrassé des points qui avaient le plus fait polémique en 2017, comme l’hypothèse d’une sortie de l’Union européenne. Pour le reste, la continuité domine : VIe République, planification écologique et partage des richesses.
par Fabien Escalona et Pauline Graulle
Nucléaire — Enquête
Centrale nucléaire de Tricastin : des dissimulations en cascade
Dans l’affaire du lanceur d’alerte de la centrale du Tricastin qui porte plainte contre EDF, de nouveaux éléments consultés par Mediapart révèlent que l’Autorité de sûreté du nucléaire connaissait depuis longtemps le problème. Selon un document interne, EDF a menti et l’autorité de sûreté également dans sa communication publique.
par Jade Lindgaard
Dossier. L’affaire Kohler — Enquête
La note qui relance l’affaire Kohler
La Sfil, une discrète banque publique qui assure les financements des bateaux achetés en France par le groupe MSC, s’est réjouie en 2020 de bénéficier du « soutien » du secrétaire général de l’Élysée. Ce dernier a des liens familiaux avec les Aponte, les principaux actionnaires de MSC.
par Martine Orange
Droite — Enquête
Guillaume Peltier met l’argent public au service de sa petite entreprise politique
Le député Guillaume Peltier, figure des Républicains qui flirte avec l’extrême droite, a organisé tout un système pour servir son destin personnel, qu’il imagine présidentiel. Mais d'après notre enquête, son projet se construit avec des moyens publics. Et certains de ses plus grands donateurs obtiennent des avantages douteux.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

Nos émissions