Le cessez-le-feu à Gaza entre le Hamas et Israël semble tenir

Par

Après quatre semaines de combats, les belligérants ont accepté une interruption des combats de 72 heures. Ils doivent se réunir au Caire pour négocier mais leurs positions rendent tout accord difficilement envisageable.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Est-ce la fin de l’opération « Bordure de protection », et par conséquent des quatre semaines de guerre à Gaza entre l’armée israélienne et le Hamas ? C’est bien possible. Mardi 5 août, en fin de journée, le cessez-le-feu de 72 heures décidé entre les belligérants sous l’égide d’une médiation égyptienne tenait toujours après être entré en vigueur le matin même. À l’issue de 28 jours de combats, on décompte 1 867 morts palestiniens et 67 israéliens, 260 000 Gazaouis déplacés (sur 1,8 million) et des destructions considérables côté palestinien, notamment en matière d’infrastructures puisque l’approvisionnement en eau et en électricité du territoire côtier est sérieusement endommagé.