«Les solutions à la crise alimentaire existent, les dirigeants politiques ne veulent pas les voir»

Par
Olivier de Schutter, successeur de Jean Ziegler au poste de rapporteur spécial des Nations unies pour le droit à l'alimentation ne croit pas au «partenariat mondial pour l'alimentation» défendu par Nicolas Sarkozy. En avant-première pour Mediapart, il s'exprime sur le rapport qu'il présentera la semaine prochaine aux Nations unies.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après le fiasco en juin du sommet de la FAO, l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture, les dirigeants de la planète continuent de chercher les solutions à la crise alimentaire mondiale. C'est peu dire, dans ce contexte, que le rapport du nouveau conseiller spécial des Nations unies pour le droit à l'alimentation, le Belge Olivier de Schutter, est très attendu. Le successeur du médiatique Jean Ziegler depuis mai dernier, passé par Harvard, aujourd'hui professeur de droit à l'Université catholique de Louvain, rendra public son travail jeudi 10 septembre, devant le Conseil des droits de l'homme, à Genève. Dans son rapport, que nous avons lu, Olivier de Schutter, 40 ans, avance des pistes ambitieuses pour rendre plus concret ce fameux droit à l'alimentation. Entretien.