Ingérences électorales: Facebook et Twitter se défendent devant le Congrès

Par
Les dirigeants de Facebook et Twitter ont défendu leurs initiatives pour limiter les risques de nouvelles ingérences électorales lors d'auditions devant les deux chambres du Congrès des Etats-Unis, mercredi, alors que nombre d'élus leur reprochent leur inefficacité.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

WASHINGTON (Reuters) - Les dirigeants de Facebook et Twitter ont défendu leurs initiatives pour limiter les risques de nouvelles ingérences électorales lors d'auditions devant les deux chambres du Congrès des Etats-Unis, mercredi, alors que nombre d'élus leur reprochent leur inefficacité.