Israël: Netanyahu à nouveau entendu pour des cas de corruption

Par
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a à nouveau été interrogé vendredi par la police dans le cadre de deux enquêtes pour corruption, rapporte la presse israélienne.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

JERUSALEM (Reuters) - Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a à nouveau été interrogé vendredi par la police dans le cadre de deux enquêtes pour corruption, rapporte la presse israélienne.

C'est la douzième fois que le Premier ministre est entendu par la police.

Les images diffusées par la chaîne de télévision privée Channel 10 montrent des policiers en train de pénétrer dans la résidence officielle du chef du gouvernement à Jérusalem. La police et le bureau du Premier ministre se sont refusés à tout commentaire.

Selon la radio de l'armée, les interrogatoires de vendredi ont porté sur deux affaires dans lesquelles la police a recommandé une inculpation du Premier minsitre.

L'une concerne des cadeaux qui auraient été offerts à Benjamin Netanyahu et à sa famille. L'autre porte sur un accord que le Premier ministre aurait tenté de passer avec le propriétaire du Yediot Aharonot dans le but d'obtenir un traitement plus favorable dans ce grand quotidien israélien en échange de restrictions sur un concurrent quotidien gratuit.

Aucune accusation n'a été retenue contre le dirigeant israélien, qui nie tout acte répréhensible et qualifie les accusations à son encontre d'infondées.

Il appartiendra au procureur général israélien de décider de déposer une plainte ou non. Les partenaires de la coalition gouvernementale au pouvoir ont soutenu Benjamin Netanyahu, affirmant qu'ils attendaient les prochaines démarches du procureur général.

Benjamin Netanyahu est également soupçonné dans une troisième affaire. Selon la police, les propriétaires du numéro un israélien des télécommunications ont assuré une couverture favorable au couple Netanyahu sur un site internet d'information qu'ils contrôlaient en échange d'un traitement de faveur de l'autorité de régulation des télécommunications.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale