La bataille de Tunis, microcosme des élections législatives

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Des flyers volent au milieu des raisins. Un homme lance à la volée à une femme : « Ne le prends pas, ils vont rien faire pour nous ! » Mais Samia Abbou ne flanche pas. Chapeau de paille vissé sur la tête, elle plaisante avec les habitants du quartier populaire de Kabaria, à Tunis. Cette députée au taux de présence irréprochable brigue de nouveau la mandature. Cette fois, son parti va sur le terrain du parti islamiste Ennahda, dont la tête de liste est à quelques mètres, en train de distribuer casquettes et écharpes à l’effigie du parti à qui veut.