Au Cameroun, Paul Biya fête 30 ans de pouvoir sans partage

Par Fanny Pigeaud

Largement soutenu par la France pendant des années, le président camerounais tient tous les rouages du pays. Mais au moment où sa succession commence à être évoquée, les limites de son système inquiètent. Correspondance, Fanny Pigeaud.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Correspondance.   Le photomontage circule depuis plusieurs semaines à travers les réseaux sociaux : on y voit le visage des cinq présidents américains qui ont occupé la Maison Blanche entre 1982 et 2012, ainsi que celui des quatre chefs d’État qui se sont succédé à la même période au Ghana et en France. Au-dessus, deux portraits : l’un de Paul Biya jeune et l’autre de… Paul Biya vieux. Voilà résumée l’histoire récente du Cameroun : ce 6 novembre, Paul Biya, 79 ans, entame sa 31e année au pouvoir. Dans un contexte inquiétant : son long règne a à la fois épuisé le pays et planté les germes d’une crise potentielle grave.