En Espagne, le parti socialiste en quête d’identité

Par et Gonzalo López Alba

Depuis sa cuisante défaite de 2011, le PSOE (se) débat pour présenter des projets crédibles à une Espagne en crise. Il tient sa conférence politique du 8 au 10 novembre, à Madrid : un tournant pour la social-démocratie espagnole ou un « rideau de fumée » ? 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

A force de le répéter, c’est devenu une réalité : le PSOE est le parti qui ressemble le plus à l’Espagne. Les socialistes sont comme les Espagnols : décontenancés par le changement d’époque, dans l’attente d’un retournement qui les fasse sortir de la crise, inquiets de voir leur situation empirer encore et sans chef qui redonne la confiance, mot qui résume tout dans un contexte général d’incertitude.