Neuf mois après les émeutes, les moines du Tibet ne cachent pas leur rancœur

Par

Neuf mois après les émeutes qui ont opposé les autorités de Pékin à la population tibétaine, l'accalmie reste fragile sur les hauts plateaux chinois. Dans la province du Gansu, tout juste rouverte aux étrangers, les moines bouddhistes n'ont pas digéré la répression dont ils ont été victimes et ne cachent plus leur opposition au régime. Un reportage d'Antoine Valpré.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un reportage d'Antoine Valpré