Donald Trump, un matamore militariste au Moyen-Orient

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

  • Nouveau
  • 07/04/2017 00:08
  • Par

 L'article s'intitule " analyse ", ok, mais une analyse partiale anti-Trump. Qui préférer ? B al H ou les rebelles ? Faut-il prendre des décisions à la hâte ou privilégier la diplomatie ? L'incertitude peut être profondément déstabilisatrice dit J-M G; un étudiant en première année de psychologie peut l'affirmer. Votre ambassadeur est un anxieux. Le Président des USA est pro-israelien, c'est neuf ? Il y a plus de juifs aux US qu'en Israël. Trump vend des armes aux Pays Arabes, off course; et les autres producteurs d'armes, et bien ils les vendent aux pays en guerre; à qui voulez-vous qu'ils les refilent. Nihil novo sub sole.

 

 

 .

En effet cet article n'est en aucun cas une analyse sérieuse mais d'un billet d'humeur qui ne dit absolument rien de précis. Je suis très surpris de le trouver dans les colonnes de Mediapart mais bon j'apprécie la liberté du journal (comme j'apprécie un pays qui peut élire n'importe quel citoyen comme président même un animateur de talk show). Il faut prendre le problème des déclarations de Trump beaucoup plus au sérieux. Quant à la désorganisation elle est très souvent présente. Obama n'y a pas échappé. L'Obamacare était un exemple du genre à la fois sur la forme et sur le fond (même le site internet avait buggé avec des conséquences directes sur les remboursements pour ne parler que de ça)

Qu'entendez-vous par "off course" qui signifie "en dehors de la trajectoire". Je suppose que vous avez voulu dire "of course", "naturellement".

Libre Belgique : ..." Pour Waddah Abded Rabbo, directeur du quotidien al-Watan proche du pouvoir à Damas, "le régime n'avait aucun intérêt à provoquer une attaque chimique surtout après qu'Assad a obtenu ce qu'il attendait depuis six ans: la reconnaissance et la légitimité par les États-Unis.

"Pourquoi aurait-il gâché cette opportunité en lançant une attaque chimique dans une localité qui n'a aucune importance stratégique ou militaire? " Pour lui, ce sont "vraisemblablement les Turcs qui ont mené cette opération car le rapprochement entre le gouvernement syrien et Washington leur est inacceptable".

"Toute cette opération les remet en scène et les rapproche de nouveau des Américains avec l'espoir que Washington changera d'avis sur Assad", estime-t-il.

Le Temps (Suisse) ...Le message n’a cessé d’être mis en avant, vendredi, par les médias russes. Il date de 2013, et il émane du compte Twitter de Donald Trump, à l’époque simple citoyen américain: «Encore une fois, à notre leader insensé, n’attaquez pas la Syrie – Si vous le faites, beaucoup de très mauvaises choses vont arriver. Et les Etats-Unis n’ont rien à gagner dans ce combat.» Ce message s’adressait à Barack Obama, alors que celui-ci était à deux doigts de réagir militairement à «l’attaque chimique» menée à l’époque par le régime syrien sur la Ghouta, dans la banlieue de Damas. Moins de trois mois après son arrivée à la Maison-Blanche, Donald Trump est-il devenu à son tour le «leader insensé» qu’il décriait alors?...

Le Devoir (Québec)... Frappes en Syrie: et après? Au-delà de la guerre de mots entre la Russie et les États-Unis, le conflit reste entier au lendemain de l’attaque punitive...

Hollande qui n'a jamais eu l'étoffe d'un président manque systématiquement à ses obligations .De plus ,il n'a aucune culture et ne connait pas les grecs anciens qui disaient:"Ne prie jamais pour qu’on remplace un tyran ; car celui qui vient après est toujours pire.

C'est peut-être vrai pour les Grecs ( et encore, il n'y aurait jamais eu de démocratie athénienne... ). Je frémis en reportant votre formule à l'histoire du XX° siècle.  Ce qui a suivi Hitler, Mussolini, Staline, Mao... c'était vraiment pire ?

+1

Ne le dites pas, chut! Les complotistes de service voyaient en Trump un héraut de l'antiimpérialiste et de la paix, vous allez les décevoir...

« Les complotistes de service »... N'oublions pas d'avoir une pensée émue pour ces clairvoyants analystes qui, tels Blange Neige voyant des nains partout, traquaient le complot poutinien jusque dans la culotte de Donald Trump.

Les voici aujourd'hui, pobrecitos, réduits à astiquer l'organe guerrier du gros beauf raciste, grand bien leur fasse !

Bientôt une nouvelle sextape certifiée Decodex ? Pied de nez

Frappe américaine en Syrie : « Pour la première fois, Trump a trahi ses promesses de campagne »

FIGAROVOX/ANALYSE- En décidant de frapper la Syrie, Donald Trump semble avoir renoué avec un interventionnisme qu'il condamnait pourtant pendant sa campagne. Pour Mathieu Slama, le président américain retombe dans les mauvais travers d'un occident qui prétend imposer ses valeurs dans le monde entier.

Il n'a pas trop le choix embourbé dans les difficultés et laché par les notables du parti Républicain .. les échecs se suivent ....il allument des contre feux ... en complète contraction avec ses postitions avant son élection .... Mais sa va être dur de faire une guerre économique et une guerre au moyènne orient ... compliqué ... c'est beaucoup d'improvisation ...  une fuite en avant ...pour la trumpland

disons que les deux commandent !

C'est vrai. Mais tant que les ravages restent loin de son ranch, le justicier n'a pas de bile à se faire, au contraire ! Voir ce qu'en dit le nommé George Friedman, expert en maintien de la paix... chez soi.

https://www.youtube.com/watch?v=emCEfEYom4A

« C'est cynique, c'est amoral, mais ça marche ! »

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.
  • Nouveau
  • 08/04/2017 09:48
  • Par Danyves

http://www.les-crises.fr/les-decodeurs-lorwellisation-du-journalisme-44-les-crs-de-la-pensee/

 

Lysbeth Levy Le 07 avril 2017 à 22h02

Afficher/Masquer

Ce ne sont pas des bombardements (par avion) au chlore mais des obus lancés qui peuvent disséminer les gaz sarin ou autres car encore une fois rien n’est sur pour rappel la Goutha en 2013 : http://www.mondialisation.ca/les-attaques-chimiques-de-la-ghouta-une-operation-sous-fausse-banniere-appuyee-par-les-etats-unis-tuer-des-enfants-syriens-pour-justifier-une-intervention-militaire-humanitaire/5352971 De plus cela arrive juste au moment ou Mr Assad gagne du terrain, encore le truc du “tyran qui tue son propre peuple” énième fois ressassée. Reportage de la BBC : https://bbcpanoramasavingsyriaschildren.wordpress.com/..L’OIAC a bien détruit les gaz non ? Et les “rebelles” djihadistes par contre ont ce qu’il faut en passant par la Turquie ou Jordanie.Carla Del Ponte avait pointé leur responsabilité dans cette affaire. Le Rapport du Mit et bien d’autres ont depuis dénoncés les Whites Helmets ainsi qu’une ONG suèdoise : https://en.wikipedia.org/wiki/Swedish_Doctors_for_Human_Rights Leurs derniers travaux sur les manipulations morbides de corps d’enfants déjà morts : http://theindicter.com/analysis-of-evidence-contradicts-allegations-on-syrian-gas-attacks/
J’espère que tout ceux qui osent assassiner, et “manipuler” les enfants, ou adultes paieront pour leurs crimes. Au nom du Gaz du Pétrole et des Pipelines ! Amen

Répondre

0704_syria-1491565030-440x440.jpg

Trump Surrenders Element of Surprise by Warning Russia of Planned Strike on Its Ally Syria

Robert Mackey Apr. 7

Despite his pledge as a candidate to reintroduce the element of surprise in U.S. military strategy, Donald Trump made sure Syria knew this attack…

Donald Trump’s Own Defense Secretary Warned in 2013 Against Rushing to War Against Syria

Zaid Jilani Apr. 7

"The desire to do something, the intention to do good, does not take the place of pragmatic, 'What is possible?'" James Mattis said.

 

Deux de vos trois liens affichent "erreur". Il y a tout de même deux personnes qui ont recommandé votre contribution. Sur la foi de quoi?

Parfaitement d'accord et vous pourriez ajouter Mossoul à votre liste!!! Là pas de déclaration à l'ONU??

oui bon et donc? il faut qu ons  efache avec les américains c'est ca? quon reconstitue le pacte de Varsovie et quon y adhere?

on ne voit pa s où vous voulez en venir

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Oserai-je dire même que dans cette réaction - pour l'instant limitée et sans doute destinée à le rester - Trump a fait preuve d'un discernement dont on hésite à lui imputer l'entière responsabilité ? Frapper là d'où le crime avait été déclenché était l'attitude la plus appropriée et la plus recevable par l'opinion mondiale - qui n'est pas celle des médiapartistes poutiniens néocomm(uniste)s qui encombrent ce forum.

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Le fait est que les poutinophiles de service ont bien du mal à défendre leur idole ces temps-ci.

Peut-être que eux gagneraient à réfléchir un peu... un impérialisme peut en cacher un autre.

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.
Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Syrie : encore une fois, un jugement hâtif et dangereux (Consortium News)

 

Robert PARRY

Avec le dernier jugement hâtif sur les morts par gaz toxique dans une région occupée par les rebelles au nord de la Syrie, les médias mainstream se révèlent comme une menace pour le journalisme responsable et pour l’avenir de l’humanité. Encore une fois, nous assistons au scénario troublant où le verdict précède l’enquête, même si un tel comportement peut conduire à une escalade dangereuse de la guerre ainsi que du nombre de victimes.

Avant même toute évaluation minutieuse des preuves, Le New York Times et d’autres grands sites d’information US avaient déjà désigné le gouvernement syrien de Bashar al-Assad comme le coupable. Ce qui a relancé l’exigence des États-Unis et d’autres pays de mettre en place une « zone d’exclusion aérienne » en Syrie, ce qui constituerait le début d’une nouvelle guerre de « changement de régime » et entraînerait les Etats-Unis dans une guerre probable avec une Russie dotée d’armes nucléaires.

Alors qu’on en était encore à chercher ce qui s’était réellement passé mardi, nous, le public, avons déjà été préparés pour ne pas croire la réponse du gouvernement syrien selon qui les gaz toxiques pourraient provenir de stocks rebelles et auraient pu être libérés accidentellement ou intentionnellement, provoquant la mort de civils dans un ville de la province d’Idlib.

Un scénario possible est que les avions de combat syriens ont bombardé un dépôt d’armes rebelles où le gaz toxique était stocké, ce qui a provoqué la rupture des conteneurs. Une autre possibilité est un incident organisé par les djihadistes de plus en plus désespérés d’Al-Qaïda qui sont connus pour leur mépris envers la vie d’innocents.

Bien qu’il soit difficile à ce stade de démêler le vrai du faix, ces explications alternatives, me dit-on, sont examinées sérieusement par les services secrets américains. Une source a cité la possibilité que la Turquie ait fourni aux rebelles des gaz toxiques (le type exact est indéterminé) pour une éventuelle utilisation contre les forces kurdes opérant dans le nord de la Syrie près de la frontière turque ou pour une attaque terroriste dans une ville contrôlée par le gouvernement comme la capitale Damas.

Les articles du journaliste d’investigation (version française) Seymour Hersh et des déclarations de certains policiers et politiciens de l’opposition turcs ont établi un rôle des services de renseignement turques et des jihadistes affiliés à Al-Qaïda dans l’attaque de gaz sarin du 21 août 2013 à l’extérieur de Damas qui a tué des centaines de personnes, mais le Times et les autres médias persistent à désigner le régime d’Assad...

Suite : cliquer sur le titre

J'ai coincé l'autre jour Mme de St-Do en plein délire maurrassien sur la mise en valeur des Cultures face à l'affreuse République. Alors, pas de complexe face à ce genre d'individu.

Donald Trump affirme son autorité sur ses alliés

par Thierry Meyssan

Ne vous laissez pas illusionner par les jeux diplomatiques et le suivisme des grands médias. Ce qui s’est passé ce matin en Syrie n’a aucun rapport ni avec la présentation qui vous en est faite, ni avec les conclusions qui en sont tirées.

Réseau Voltaire | Damas (Syrie) | 7 avril 2017

 

Curieuse image où en face des sites des armées occidentales il n'y a que des verts pâturages. Aucune arme qui pourrait menacer l'Ukraine, les Pays-Baltes, l'Europe. Me voilà rassuré!  Innocent

Je n'ai pas vu cela beaucoup discuté :

http://lecourrier-du-soir.com/2017/04/07/exclusive-la-russie-reconnait-officiellement-jerusalem-ouest-comme-capitale-disrael/

La Russie reconnaît officiellement Jerusalem Ouest comme capitale d'Israel.

Je serais curieux d'avoir la position des défenseurs de Poutine là-dessus, vu qu'ils sont nombreux parmi les commentateurs habituels...

Trump: confusion, amateurisme, narcicissisme, militarisme et surtout: imprévisibilité.

OK, c'est vrai, l'homme est peut-être même un peu fou.

En attendant, il acquiert un atout majeur dans le jeu de fous autour de la Syrie (entre autres): L'IMPREVISIBLITÉ.

Il sera plus craint et plus efficace en tout conflit, s'il laisse apparaître ce trait: "Je suis fou!", alors ne plaisantez pas avec moi et avec "mon pays", je suis capable de n'importe quoi.

Son poids négocial sera d'autant plus grand: c'est la "rationnalité de l'irrationnel", partout où les choses deviennent trop compliquées: the "MAD strategy"

Dangereux? Pardi!

Mais Assad et les Russes se trouvent soudain face à quelqu'un qui ne se laisse pas arrêter par des calculs interminables (comme le fait déjà son "modèle" Putin)...

 

 

Bombardement américain contre la Syrie : comment Donald Trump a été repris en main par l’« État profond »

le 07 avril 2017

 Le bombardement soudain et massif, le 6 avril, de la base militaire syrienne de Shayrat par les forces américaines pourrait bien marquer un nouveau tournant dans la géopolitique mondiale. Au-delà de la Syrie, c’est naturellement un geste agressif brutal qui est ainsi perpétré contre la Russie. Pour l’heure, celle-ci a réagi avec sang-froid.

À ce stade, trois points méritent d’être notés. D’abord, sans guère de surprise, les pays occidentaux et les médias dominants reprennent sans la moindre réserve la thèse selon laquelle l’attaque chimique contre la ville syrienne de Khan Cheikhoun – attaque qui a servi de prétexte à l’agression américaine – aurait été ordonnée par Damas.

Or, outre le fait qu’on voit mal quel intérêt le pouvoir syrien aurait eu à alimenter contre lui une nouvelle fois toute la propagande occidentale, les experts militaires, notamment français, mettent en doute cette thèse, comme le révélait hier l’hebdomadaire Challenges, peu suspect de sympathie excessive vis-à-vis de Bachar el-Assad. Dès lors, on peut s’interroger sur une hypothèse : le drame de Khan Cheikhoun n’était-il pas une provocation imaginée par des forces, à Washington ou ailleurs, qui voyaient avec angoisse la guerre en Syrie pouvoir s’orienter – enfin ! – vers une issue négociée respectant la souveraineté de ce pays ?

Deuxièmement et surtout, au regard de la campagne électorale atypique que mena le milliardaire qui siège désormais à la Maison-Blanche, la décision de ce dernier de recourir à l’agression militaire met en lumière l’extraordinaire capacité de ce qu’on pourrait appeler « l’État profond » américain à reprendre en main celui qui avait dû son succès à sa rhétorique anti-establishment. Plus significatif encore est le langage employé par Donald Trump, qui n’a pas hésité à renouer avec des accents moralisateurs que n’auraient pas renié les pires néo-conservateurs, et mis à l’honneur par George W. Bush.

Ces dernières semaines déjà, le président américain avait explicitement tourné le dos à des thèmes qui avaient marqué sa campagne...

Suite : cliquer sur le titre.

  • Nouveau
  • 07/04/2017 19:12
  • Par

Rien ne sert de se balancer des "rouges bruns", des "complotistes" et le reste. 

Nous avons un choix devant nous très clair. 

Soit on redonne de la crédibilité à l'ONU, à ses résolutions, à ses évaluations, à ses règles internationales et nous revenons dans le diplomatique. 

Soit, on prend parti, on admet qu'on réponde à un bombardement par un bombardement, en dehors de tout cadre sinon le rapport de force, et l'escalade continuera, non seulement en laissant Assad en place, mais aussi, en générant une situation qui peut vite se révéler ingérable, et déboucher sur une guerre. 

Si la frappe US est claire, et la perspective de l'escalade aussi, par contre les discours diplomatiques ne le sont pas, et les prises de partis de part et d'autres des camps, ne peuvent que jeter de l'huile sur le feu. 

La vérité doit être établie quant à cette attaque chimique semble t'il. Ensuite, la discussion diplomatique doit être préférée à toute frappe militaire, comme celle de cette nuit. 

Dès lors que la France prendra parti pour l'un ou l'autre camp, alors sa parole ne pourra être audible dans la nécessaire médiation dans ce conflit. 

La frappe de cette nuit comme le véto russe, favorise l'escalade militaire, ce qui est dramatique pour le Monde. 

Bien d'accord avec vous. La frappe de cette nuit et le veto russe.

Ce qui serait intéressant, ce serait de comprendre ce qui s'est passé aux USA. Je vois a priori deux scénarios possibles

1) Une reprise en main du pouvoir par les néocons. Cela expliquerait pourquoi Bannon a été écarté du pouvoir et pourquoi l'Alt-right est furibarde. En gros Tump avait à choisir entre l'impeachment ou l'alignement sur les positions néocon... (sachant qu'en cas d'impeachment, c'est Pence qui prend les manettes et lui est un conservateur pur jus).

2) Une comédie. Les US font une frappe symbolique ponctuelle en prévenant les Russes, les Russes font mine d'être outragés, les dégâts sont en fait limités et Trump se dédouane ainsi des soupçons de collusion avec Poutine.

Ca devrait devenir plus clair dans les jours qui viennent. A moins que Trump ne laisse planer l'ambigüité le plus longtemps possible... Toutefois, cette frappe le met dans le rôle de "gendarme du monde" alors qu'un de ses grands thèmes de campagne a été que les états-unis ne seraient justement plus dans ce rôle. Ce revirement pourrait avoir un coût politique.

 

Du néoconservatisme de Norman Podhoretz (père fondateur) aux "Crusaders" de la "NeoConservative Christian Right" (dont Steve Bannon's Girls & Boys), la planète dite "néocon" est un objet volant peu identifiable, du moins aux USA...

Scénario no 3 : comme Hollande (ex-pourfendeur de "la Finance") et d'autres, Trump est un fieffé menteur... et ceux qui voient dans le "programme électoral" d'un serial menteur autre chose que de la com, i.e. l'emballage d'un produit conditionné au goût de la cible électorale visée, confondent contenant et contenu.

Le contenu, c'est ce que le client voit après livraison.

 

Si j'ai bien compris .. tuer des enfants, des femmes, ou une personne avec un missile , une grenade , avec une bombe lâchée d'un avion c'est acceptable et humain ... mais tuer les mêmes personnes avec une bombe chimique c'est mal ....là je comprends mieux .... vous pouvez tuer avec des armes classiques ...... c'est plus propre et c'est légal .... ouf j'ai eu peur !!!!

Guerre contre l'État islamique : les États-Unis reconnaissent 119 ...

 10 nov. 2016 - ... les États-Unis reconnaissent avoir provoqué la mort de 119 civils ... que lesbombes de la coalition ont tué en réalité 1.787 civils en Irak et ...

Les 500 000 morts de la guerre en Irak - Le Point

www.lepoint.fr › International

 18 oct. 2013 - Une revue scientifique a établi la liste des victimes de la guerre de 2003 à 2011. Un bilan dantesque auquel s'ajoutent jour après jour de ...

Hiroshima, Nagasaki : les Etats-Unis devraient-ils être jugés pour ...

www.lefigaro.fr › FIGARO VOX › Vox Histoire

 10 août 2015 - Jeudi 9 août, une seconde bombe était larguée au-dessus de Nagasaki. ... militaires mais des villes industrielles composées majoritairement de civils. ... Il ne s'agit pas ici de faire le procès des Etats-Unis, procès trop souvent ..

Les bombes américaines, françaises, saoudiennes ne tuent pas de civils !

  Lors de la Première Guerre mondiale, 5% des victimes étaient civiles ; aujourd’hui 90% des victimes des conflits armés sont des civils. Ces populations sont assassinées, affamées, déplacées, pillées. Les civils sont devenus, de plus en plus, des moyens de faire la guerre

- See more at: http://www.investigaction.net/les-bombes-americaines-francaises-saoudiennes-ne-tuent-pas-de-civils/#sthash.CnYnWM2Y.dpuf

 b_1_q_0_p_0-640x341.jpg

Oui, utiliser des armes chimiques est un crime de guerre.

Massacrer des civils à l'occasion d'une guerre, quelles que soient les armes utilisées, est un crime de guerre. Limiter le concept aux armes chimiques est une absurdité.

Désolé je m’égare, vous avez raison nous devons hiérarchiser la barbarie ….. Tuer des enfants avec une bombe sans les regardent droit dans les yeux ... c’est mon grave que de les gazer ... 

je sais c'est compliqué ... moi aussi j'avais du mal a comprendre avant que Mr. Bruguières m'explique bien  .... Il faut comprendre que ..  une bombe de riche genre .. bombe atomique .. c'est légal ... une bombe de pauvre genre ..bombe chimique .. ce n'est pas légal ... vous voyez .. c'est pas pareil ... une est chimique et l'autre juste atomique ....

Vu de ma petite belgitude;

Si Bachar commence a utiliser des armes chimiques en rocket, je me dis que les sous commencent à lui manquer pour des bombes classiques qui coûtent beaucoup plus cher pour moins d'efficacité en rendement de morts. Je comprends mieux que cela devienne inacceptable pour le business des armes. Trump a vite trouvé une occasion de dépenser pour 59.000.000 de dollars en missiles.

Avec un peu de recul et voyant les réactions, je me dis que Bachar, Poutine, Erdogan, les djihadistes et Trump peuvent maintenant se permettent d'agir comme ils le souhaitent et donc sont tous potentiellement intéressés et/ou auteur.

Quant à nos réactions, je trouve que la lâcheté se trouve une bonne raison pour s'autoriser de s'habiller de pragmatisme tant que les bombes coûtent cher et ne tuent pas comme des douches d'Auschwitz ou les tranchées de Verdun.

Il y a un bon moment que je me dis que si nos peuples ne reprennent pas vite le pouvoir, le monde de la finance occupera les peuples avec des guerres pour s'éviter des révolutions. Il y a un bon moment que je dis qu'il faut se faire des réserves de pâtes, de riz, de conserves... et penser à produire sa propre électricité... ou alors faudra voter Mélenchon. Mais faites comme vous voulez.

Merkel ne veut pas voir les russes à sa frontière, elle donne raison à Trump. Hollande veut se refaire une beauté sur sa solitude ridicule de 2013. 

Quand on tue des enfants, des innocents je ne m'émeus pas que la planète cherche à nous éliminer écologiquement, proprement.

Une bise aux hommes et femmes de bonne volonté et mon dédain souriant pour les pensées stériles. L'âge me donne moins de temps pour les gesticulations patientes.

Bon WE

 

 

En espérant une réponse de Médiapart que je n'ai pas par e-mail

TR: Commentaire dépublié par la rédaction (Pas d’objet)

 

 

 

Aujourd’hui, 09:22

report@abos.mediapart.fr

 

Bonjour Médiapart.

Je comprends aisément que vous soyez rapide pour réagir à une plainte. J'osais espérer être tout aussi vite écouté quand je suppose avoir été victime d'une injustice par votre censure. Puis-je réclamer votre attention, votre sens du juste et donnant votre attention au message ci-dessous et vous en remercie d'avance.




De : Sermeus Jean-Claude <macbena2010@hotmail.com>
Envoyé : mercredi 5 avril 2017 11:43
À : L'équipe de Mediapart
Objet : RE: Commentaire dépublié par la rédaction

 

Je ne vois aucune raison de le dépublier quand je défends le journaliste de MDP.

Je n'insulte personne de surcroît.

Pourriez-vous me donner la raison car ignorer son erreur ne permet pas de se corriger à l'avenir.

Merci d'avance




De : L'équipe de Mediapart <report@abos.mediapart.fr>
Envoyé : mercredi 5 avril 2017 10:18
À : Jean-Claude Sermeus
Objet : Commentaire dépublié par la rédaction

 

Votre commentaire a été dépublié par la rédaction

Mediapart

 votre COMMENTAIRE 

Bonjour Jean-Claude Sermeus,
 

Le commentaire publié le 04/04/2017  sur l'article Syrie: une attaque chimique fait des dizaines de morts dans la province d'Idlib a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

 

Le motif de cette dépublication peut être, par exemple, le non respect de notre charte de participation, l'édition d'un commentaire en double, hors sujet, ou en réponse à un commentaire supprimé.


Cordialement,

L'équipe de Mediapart

 

 

 

Cela s'appelle la censure sans motivation ni justification, c'est à dire le fascisme, courant sur les fils lorsque certains sujets tabous sont abordés, ou lorsque le censeur veut affirmer ses convictions indirectement.

J'attends la réponse.

Peut être peut être peut être .....mais en attendant avec une seule frappe symbolique sur la Syrie, Trump a fait plus et mieux qu'obamerde pendant 8 années et cela c'est positif !

 

Oui, c'est mieux de tuer 6 militaires syriens ... que de tuer un seul Ben Laden ... score 6 à 1 en faveur de la Trumpland ... y'a pas foto .. trump il est trop fort !!

Ce qui compte c'est le signal donné à votre ami assad et rien d'autre et si un tapis de bombes pouvait une bonne fois pour toute enterrer les assad & co ce serait un grand service rendu à l'humanité.

 

Former CIA Officer: "The Intelligence Confirms The Russian Account On Syria"

"I'm hearing from sources on the ground in the Middle East... intimately familiar with the intel that is available, that the essential narrative that we’re all hearing... is a sham... The intelligence confirms pretty much the account that the Russians have been giving..."

  • 97 335
  • Apr 8, 2017 11:15 PM
  • 354

Oui vous avez raison .. Mais pourquoi qu'un tapis de bombes ? alors qu'une bonne guerre .. c'est mieux, non ?

et pourquoi ne pas faire comme bush en Irak ... comme en 92 et après .. et aussi comme en  afghanistan ? ou comme en libye ? ou comme au Vietnam ? ou comme ... etc etc ?

les bombes ont toujours résolus tous les problèmes ...Désolé .. des fois je raconte n'importe qioi ... merci de m'avoir éclairé ....

1983 CIA Document Reveals Plan To Destroy Syria, Foreshadows Current Crisis

Prophetically foreshadowing the current crisis (and apparent action plan), leaked CIA documents from the reign of Bashar al-Assad's father in the 1980s show a Washington Deep State plan coalescing to "bring real muscle to bear against Syria," toppling its leader (in favor of one amenable to US demands) , severing ties with Russia (its primary arms dealer), and paving the way for an oil and gas pipeline of Washington's choosing.

  • 43 364
  • Apr 10, 2017 11:05 PM

Nous progressons dans ce débat … après plusieurs échanges nous savons maintenant qu’une bombe de riche genre bombe atomique ou plus petite genre missile,  c'est légal et autorisée pour un usage propre et  une bombe de pauvre,  genre bombe chimique, ce n'est pas légal … c’est interdit ….. Donc les riches peuvent faire une guerre propre et les pauvres eux … ne peuvent pas faire une guerre propre donc ils sont interdits de guerre  !! 

 les riches veulent se garder le droit de faire la guerre ... mais les pauvres eux non .... encore .. sales pauvres !!! bande de salauds !!!

  • Nouveau
  • 08/04/2017 10:58
  • Par

Syrie: l'Iran accuse Trump "d'aider les terroristes"

Par Le Figaro.fr avec AFP - Mis à jour le 08/04/2017 à 10h29 | Publié le 08/04/2017 à 10h24

Le président iranien Hassan Rohani a accusé samedi son homologue américain Donald Trump d'aider les groupes "terroristes" en Syrie.

"Ce Monsieur qui a pris le pouvoir aux Etat-Unis prétendait vouloir combattre le terrorisme, mais aujourd'hui, tous les groupes terroristes en Syrie ont fait la fête après l'attaque américaine", a déclaré M. Rohani. "Si vous disiez vrai, pourquoi votre première action a été d'aider les terroristes? Pourquoi avoir attaqué l'armée syrienne qui est en guerre contre les terroristes ?", a-t-il ajouté.

» Syrie : Donald Trump met ses menaces à exécution

M. Rohani a demandé la mise en place d'une "une commission indépendante (...) avec la présence de pays neutres sur la prétendue attaque chimique car, selon les Nations unies, la Syrie ne possède pas d'armes chimiques". Les responsables iraniens ont insisté sur le fait que le régime de Damas avait procédé à son désarmement chimique, ce qui n'est pas le cas, selon eux, des groupes armés rebelles et djihadistes.

Le président Rohani a affirmé qu'après "l'agression" américaine contre la Syrie, l'Iran devait "se préparer à toute éventualité". "Nous ne savons pas ce que préparent les nouveaux dirigeants américains pour la région", a-t-il conclu.

LIRE AUSSI:

» Le FN «déçu» par Donald Trump après les frappes sur la Syrie

» La relation Trump-Poutine au défi de la Syrie

› Ouvrir l'article

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale