Libye: Haftar écarte l'idée d'un cessez-le-feu pour le ramadan

Par
Le maréchal Khalifa Haftar a demandé dimanche à ses troupes, qui tentent depuis un mois de prendre le contrôle de Tripoli, de se battre avec davantage de ferveur alors que débute le jeûne du ramadan, quelques heures après que les Nations unies ont lancé un appel à une trêve humanitaire d'une semaine en Libye.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

BENGHAZI/TRIPOLI (Reuters) - Le maréchal Khalifa Haftar a demandé dimanche à ses troupes, qui tentent depuis un mois de prendre le contrôle de Tripoli, de se battre avec davantage de ferveur alors que débute le jeûne du ramadan, quelques heures après que les Nations unies ont lancé un appel à une trêve humanitaire d'une semaine en Libye.

Haftar avait déjà défié les Nations le mois dernier en lançant une offensive sur Tripoli au jour de la visite du secrétaire général de l'Onu, Antonio Guterres, dans la capitale libyenne afin de préparer une conférence sur la paix.

Dans un enregistrement audio diffusé par un porte-parole de l'Armée nationale libyenne (ANL), le maréchal Haftar souligne que le jeûne du ramadan n'avait pas justifié par le passé l'arrêt des combats qui avaient permis à l'ANL de s'emparer des villes de Benghazi et Derna, dans l'est du pays, après la chute de Mouammar Kadhafi en 2011.

"Faites preuve de force et de détermination pour donner une leçon encore plus grande à l'ennemi (...) jusqu'à ce que nous le délogions de notre terre bien-aimée", dit-il à l'adresse de ses troupes, sans faire mention de l'appel de l'Onu pour un cessez-le-feu.

Les Nations unies avaient lancé plus tôt dans la journée un appel à une trêve humanitaire d'une semaine en Libye, où les forces du maréchal Haftar affrontent, pour le contrôle de Tripoli, celles fidèles au gouvernement d'union nationale (GNA) reconnu par la communauté internationale.

Dans un communiqué, la mission d'appui des Nations unies en Libye (Manul) demande que les belligérants observent un cessez-le-feu à partir de lundi matin 04h00 (02h00 GMT), date retenue pour coïncider avec le début du jeûne du ramadan.

Des tirs d'artillerie pouvaient être entendus dimanche en provenance de la périphérie sud de Tripoli, où les forces d'Haftar cherchent à enfoncer les défenses des milices fidèles au GNA.

Les combats ont fait 50.000 déplacés et environ 400 morts, selon l'Onu.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale