La pêche, pomme de discorde symptomatique franco-britannique

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Trafalgar n’est jamais loin, Fachoda demeure dans bien des esprits et Jeanne d’Arc au bûcher hante la mémoire collective, de part et d’autre de la Manche, où l’Entente cordiale semble prête à voler en éclats sous les rodomontades d’Emmanuel Macron, qui se prend pour Napoléon, et de Boris Johnson, qui joue au Nelson quand il ne fait pas son Churchill.