En Ukraine, « le réseau Telegram peut être plus rapide que les bombes »

Depuis le début de la guerre, l’application de messagerie instantanée est un outil de communication essentiel pour la population ukrainienne, et une arme de guerre pour l’armée de Kyiv. C’est par son biais que le Centre d’histoire urbaine de Lviv tente d’archiver cette mémoire immédiate du pays.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Taras Nazaruk est responsable des projets d’histoire numérique au Centre d’histoire urbaine de Lviv, à l’ouest de l’Ukraine, qui s’est donné pour mission de documenter et d’archiver le conflit en cours dans le pays, notamment au travers des contenus postés sur la populaire application Telegram.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal