L’économie britannique n’a pas encore fait face aux vrais défis du Brexit

Par

L’apocalypse économique annoncée par les économistes n’a pas eu lieu après le vote sur la sortie de l’Union européenne, voilà un an. Mais si la croissance résiste, elle ne repose que sur une consommation qui commence à vaciller face à la remontée de l’inflation, malgré le soutien monétaire. Au-delà, l’enjeu sera de reconstruire un nouveau modèle économique plus équilibré pour le Royaume-Uni.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un peu moins d’un an après le vote en faveur du Brexit, l’apocalypse n’a pas eu lieu. Les doomsayers, les prophètes de malheur, qui prédisaient un effondrement de l’économie britannique sous le coup du choc d’incertitude créé par ce vote, ont clairement eu tort. Ce qui ne signifie pas, loin de là, que les effets économiques de ce choix du peuple britannique sont et seront nuls.