Le pouvoir italien fait la chasse aux Roms, l'Europe cherche une position commune

Par

Un sommet européen est consacré ce mardi à la question des populations roms. Malgré le tollé provoqué par la décision de ficher les Roms italiens, le gouvernement de Silvio Berlusconi persiste à vouloir procéder au recueil de ces données, rappelant les pires moments de notre histoire. Lire aussi "Au cœur des camps de Roms", le reportage de Thomas Chabolle dans les camps, autour de Rome, et l'article de Carine Fouteau sur la situation en France.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lors de ses précédents gouvernements, Silvio Berlusconi n’avait pas osé. Mais aujourd’hui pour satisfaire la frange xénophobe et raciste qui a porté sa coalition au pouvoir il n’a pas hésité. Quatre mois après la victoire du «Cavaliere» aux législatives, les premières mesures pour le fichage des populations dites «nomades» ont débuté à la mi-juillet avec pour objectif de stigmatiser un peu plus une population déjà vulnérable.