Cour suprême: Un courriel dévoile les questionnements du juge Kavanaugh sur l'IVG

Par
Le juge Brett Kavanaugh, nommé par Donald Trump pour siéger à la Cour suprême, a estimé au début du siècle, lorsqu'il travaillait à la Maison blanche, que la décision rendue en 1973 par les juges suprêmes légalisant l'avortement aux Etats-Unis n'était pas la "loi établie du pays", rapporte jeudi le New York Times citant des courriels confidentiels.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

WASHINGTON (Reuters) - Le juge Brett Kavanaugh, nommé par Donald Trump pour siéger à la Cour suprême, a estimé au début du siècle, lorsqu'il travaillait à la Maison blanche, que la décision rendue en 1973 par les juges suprêmes légalisant l'avortement aux Etats-Unis n'était pas la "loi établie du pays", rapporte jeudi le New York Times citant des courriels confidentiels.

Le journal précise qu'une "personne inconnue" lui a fourni plusieurs courriels confidentiels relatifs au travail de conseiller accompli par Kavanaugh sous la présidence de George W. Bush.

Dans un de ces documents, datant de mars 2003, Kavanaugh suggère de retirer d'un texte en préparation un passage affirmant qu'"il est largement accepté par tous les spécialistes du droit que l'arrêt Roe v. Wade et ses suites constituent la loi établie du pays".

Kavanaugh ajoute que la Cour suprême pourrait revenir sur cette décision qui a légalisé le droit à l'interruption volontaire de grossesse.

La gauche américaine redoute que l'arrivée à la Cour suprême de ce catholique conservateur, dont l'audition de confirmation s'est poursuivie jeudi devant la commission des Affaires judiciaires du Sénat, n'aboutisse à une remise en cause de l'arrêt Roe v. Wade de 1973.

Interrogé jeudi sur ce document, Kavanaugh a expliqué aux sénateurs qu'il avait proposé cette modification parce qu'il considérait que la version initiale déformait la réalité du débat entre juristes à l'époque.

Mais il a refusé de dire s'il pensait que cet arrêt historique de la Cour suprême avait été décidé correctement. "L'arrêt Roe v. Wade est un précédent important de la Cour suprême. Il a été réaffirmé à de nombreuses reprises", a-t-il redit comme la veille.

Le président républicain a désigné Brett Kavanaugh cet été pour remplacer le juge Anthony Kennedy, qui a annoncé son départ à la retraite le 27 juin.

Le Sénat devrait voter en séance plénière sur sa nomination d'ici la fin du mois, avant la reprise des travaux de la Cour suprême fixée début octobre.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale