Enquête sur l’escadron de la mort du président péruvien

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lima, de notre envoyé spécial. Pour le président Ollanta Humala, c'est une épée de Damoclès. Plus d’une dizaine de personnes ont témoigné de l’enlèvement d’un fils, d’un frère ou d’une sœur, ou des tortures pratiquées par des militaires sous ses ordres, en 1992, dans la base antisubversive de Madre Mía. Alors capitaine, Ollanta Humala, dit “Carlos“  était alors le plus haut gradé de cette base. La Commission interaméricaine des droits de l'homme a été saisie, en juin 2010, par Teresa Avila, la sœur de Natividad, enlevée avec son mari, Benigno, le 17 juin 1992, et vraisemblablement exécutée six jours plus tard à proximité de la base militaire.