Angelina Jolie, Omidyar et le Qatar: le cabinet caché du procureur Ocampo

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Printemps 2012. Après neuf ans de mandat, Luis Moreno Ocampo s’apprête à quitter La Haye. Avant de plier bagage, le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) veut clore son dossier Palestine. Trois ans plus tôt, Ramallah a réclamé une enquête sur les crimes de l’occupation israélienne. Ocampo n’a jamais demandé aux juges de trancher les épineuses questions juridiques posées par ce dossier. Et ce n’est ni à son adjointe, Fatou Bensouda (aujourd’hui procureure en chef), ni à son service de presse, qu’il demande conseil pour en annoncer la clôture.