Wall Street commence à bouder les armes à feu

Par

Les ventes d'armes ont connu une croissance exceptionnelle sous les présidences de Barack Obama, les acheteurs faisant le plein par crainte d'une interdiction. Cette fois, grâce aux garanties apportées par Donald Trump, la tuerie de Las Vegas n'a pas provoqué la même ruée vers les armureries américaines.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

New York (États-Unis), de notre correspondant.– Les drapeaux étaient en berne lundi 2 octobre, tandis que Donald Trump, quelques heures après l’effarante tuerie de Las Vegas, montrait une inhabituelle piété en appelant ses concitoyens à prier pour les victimes. Wall Street, pour sa part, avait déjà rompu sans vergogne avec le deuil national, mais pas avec ses traditions : les cours des actions des fabricants d’armes ont grimpé dès l’ouverture des marchés.