L’envahissement du Capitole, fin logique d’une présidence de violences et de haine

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il a dit sur tous les tons que l’élection présidentielle a été « volée », « truquée ». Que des bulletins de vote ont été « détruits ». Que les machines à voter ont été trafiquées. Que des centaines, peut-être des millions, de voix se baladent non comptées dans la nature. Sans le début d’une preuve, comme l’ont fait remarquer nombre de juges saisis par ses avocats.