Etats-Unis: une plongée dans l’ordinaire raciste de la police de Ferguson

Par

Le département américain de la justice a rendu public son rapport d’enquête sur la police de Ferguson, cette ville où le jeune Noir Mike Brown a été abattu par un officier, en août. Ce rapport dépeint une police agressive, raciste, dont la municipalité se sert pour générer des revenus plutôt que pour protéger la population locale, et qui en vient à systématiquement porter atteinte aux Afro-Américains. Morceaux choisis. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

New York, de notre correspondante.- Barack Obama ? « Il ne sera pas président longtemps, car aucun Noir ne garde son emploi quatre ans », blaguent des officiers dans un courriel échangé sur leur boîte mail professionnelle. Le président y sera plus tard décrit comme un chimpanzé. D’autres policiers de Ferguson font circuler une photo de femmes africaines qui dansent, accompagnée de la légende : « La réunion de collège de Michelle Obama. » Ils échangent encore des blagues stéréotypant les Afro-Américains comme des criminels en puissance vivant des aides de l’État. « Une Noire avorte et reçoit quelques semaines plus tard un chèque de 5 000 dollars. Elle appelle l’hôpital pour savoir d’où vient le chèque. On lui répond : "CrimeStoppers" (nom d’une organisation nationale de lutte contre le crime, ndlr). »