Pékin 2008 : les raisons de la paranoïa chinoise

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un des grands principes de survie politique consiste à savoir lâcher du lest au moment opportun afin de calmer l'opposition. Ce sont les fameuses « pauses dans les réformes », la non moins célèbre « commission de remise à plat des décisions », ou alors les déclarations du type : « Mes chers compatriotes, je vous ai entendus ». Tout gouvernement sait que, pour préserver l'essentiel, voire pour préserver son existence face à la fronde, il lui faut composer avec l'adversaire, ou alors détourner l'attention. Les Chinois, visiblement, n'entendent rien à cet axiome de la communication politique occidentale.