Dès 1990, l'Elysée est informé du projet de génocide

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Déclencheur ». Un mot peut parfois brouiller l'histoire. Il est une habitude d'écrire que l'attentat contre l'avion du président rwandais Juvénal Habyarimana, abattu de deux tirs de missiles le 6 avril 1994, est le « déclencheur » du génocide des Tutsis qui allait faire en cent jours de 800 000 à 1 million de morts. C'est effectivement le signal du début des tueries de masse puisque aussitôt l'attentat connu, la garde présidentielle et les milices hutues entament les massacres à Kigali.