Six ans après, l'ETA se sépare de son arsenal

Par et

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Le 8 avril au soir, normalement le désarmement de l’ETA sera effectif », annonce Michel Tubiana, ancien président de la ligue des droits de l’homme (LDH), à Mediapart. L’avocat directement engagé dans le processus de paix, par une série d’échanges épistolaires cet automne avec la direction de l’organisation clandestine (voir ici), reste prudent. « Le désarmement sera vérifiable, poursuit-il. Sera-t-il vérifié ? Tout dépendra de la capacité de l’exécutif à réagir. Je crains qu’il ne reste spectateur. L’essentiel est qu’il n’empêche pas le processus. »